Les trois facteurs qui vous permettront de choisir l’instrument de musique qui vous convient !

Les trois facteurs qui vous permettront de choisir l’instrument de musique qui vous convient !

Choisir un instrument de musique ou la façon de chanter est parfois un chemin simple (comme un coup de foudre) parfois complexe, marqué par l’indécision dont l’indécision est la meilleure pour nous !

Quels sont les bons critères de choix ?

Comment pouvez-vous faire pour comprendre ce que cela fait pour vous ?

De nombreux facteurs vous pousseront à vouloir jouer d’un instrument, comme l’image de vous qui en dérive, l’esthétique de l’instrument, le fait que votre artiste préféré en joue… autant de facteurs tout aussi motivants !

1) Le son de l’instrument

Il est intuitif (et inévitable) que l’instrument qui vous convient soit celui qui émet le son que vous préférez ! Ce sera dans vos oreilles tous les jours et ce sera la première chose que vous écouterez si vous entendez quelqu’un d’autre jouer ou écouter de la musique en général !

Écoutez autant de musique que vous le pouvez et essayez de comprendre quel son vous aimez le plus, puis essayez les instruments, autant que possible, et recherchez le son dont vous ne vous lasserez jamais !

La guitare fait des sons, la basse des autres, le ukulélé des autres… le son que nous aimons le plus n’est pas interchangeable. Un guitariste peut vouloir essayer une basse ou une batterie, mais son son son reposant et heureux est celui de la guitare. De la même manière, un batteur aimera les bruits forts, les coups, le son des cymbales, ce qui pourrait être assourdissant pour n’importe qui d’autre !

L’amour d’un son n’est pas encore suffisant pour vouloir apprendre à jouer, mais c’est un guide important !

2) La posture nécessaire pour jouer ou chanter

La posture avec laquelle vous jouez d’un instrument est cruciale ! Si tu y réfléchis, tu seras dans cette position pendant des milliers d’heures ! Ce n’est pas sans importance du tout !

Le guitariste électrique joue presque toujours debout, le batteur assis, le contrebassiste debout, le chanteur debout.

L’instrument peut être soutenu par une bandoulière, ou appuyé sur les jambes, ou vous pouvez vous asseoir dessus……

Le fait est que vous passerez des heures et des heures dans cette position ! Et si vous ne l’aimez pas, ce sera un obstacle important ! Chaque fois que vous aurez à lutter pour améliorer l’instrument, vous le trouverez plus difficile parce que vous devrez vous convaincre de vous mettre dans cette position !

3) Les sensations liées à la pratique

Les sensations liées au jeu sont très importantes pour continuer la pratique. Aimez-vous toucher les touches du piano, assis au piano ? Aimez-vous la douleur de presser les cordes de la guitare ou du violon ?

Parfois je dis que chaque instrument a sa propre douleur, et si vous aimez cette douleur en dessous, vous ne ressentirez de la gratification que pour le fait d’être avec l’instrument avant même d’en ressentir la gratification pour savoir comment bien la jouer !

Celui qui joue les congas sort les mains gonflées et rouges d’une séance d’entraînement ou d’un concert… mais cette douleur fait partie de lui, est la bienvenue et n’empêche pas les bons sentiments.

Qui joue de la guitare ressent de la douleur pour les callosités en formation, doit s’adapter à la position, mais il aime cela, est le bienvenu et n’exclut pas les bons sentiments.

Il s’applique à toutes les sensations que vous procure l’instrument ! Si vous créez une bonne sensation dans le mélange de sensations, vous serez satisfait même dans la pratique, avant même d’obtenir les résultats.